Sécurité

POUR S’ABONNER A L’INFO-LETTRE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE (OU JUSTE LES CONSULTER) C’EST ICI :

http://www.securite-routiere.gouv.fr/medias/infolettres

 

Contrairement à la majorité de véhicules sur les routes, les cyclotouristes n’ont pas une lourde bulle de métal autour d’eux pour se protéger et ils circulent moins vite. Nous privilégions les sorties tôt en fin de semaine quand le trafic est réduit mais il reste important de cohabiter avec les voitures en toute sécurité. D’autant plus que la plupart des routes ont été pensées et faites uniquement pour les autos. Nous devons donc faire attention lors de la pratique de notre activité. Voici comment :

Lisez également les conseils de la sécurité routière http://www.securite-routiere.gouv.fr/ si vous êtes automobiliste. Sachez notamment qu’à vélo IL EST OBLIGATOIRE D’INDIQUER AVEC UN BRAS UN CHANGEMENT DE DIRECTION droite ou gauche.

 

  • SIGNALER LES ANOMALIES ROUTIERES OU DE SIGNALISATION
    Afin de protéger les autres à terme. Plus on en signale, plus elles seront traitées. Pensez-y. La Fédération Française de Cyclotourisme remontera à qui de droit les remarques qui seront suivies d’effets concrets. Pour cela un outil essentiel : la Fiche FAIDAIR (Fiche d’Analyse et d’Identification des Dangers des Anomalies des Infrastructures Routières) disponible ici. Votre club demande à chaque membre d’en envoyer au moins une par an (les raisons ne manquent pas).

     

    Fiche Faidair du CODEP 92 (format Word)

    Fiche Faidair du CODEP 92 (format PDF)

 

  • AVOIR LES ACCESSOIRES OBLIGATOIRES
  1. freins efficaces avant et arrière
  2. éclairage avant blanc et rouge à l’arrière fixes, éventuellement complétés de clignotant (on croise souvent n’importe quoi, genre un porte-clef avec LED bleue sur le sac à dos : nul, zéro pointé le gars)
  3. catadioptre avant blanc, arrière rouge, orange dans les rayons (oubliez les roues pleines ou à bâton) et sous les pédales (jamais vu sur pédales automatiques mais de bonnes surchaussures ont des inserts réfléchissant)
  4. un avertisseur sonore « audible à 50 mètres » (avec la quantité de sourdingues abrutis par leurs casques audios et téléphones, totalement impossible. Même à pied à 10 centimètres en face les « phobbers » ne vous remarquent pas…) au pire n’hésitez pas à donner de la voix !
  5. gilet réfléchissant la nuit ou en cas de mauvaise visiblité ou hors agglomération

Sources :

http://velobuc.free.fr/equipements.html

https://www.velo-cyclisme.com/materiel-velo/accessoires/quels-sont-les-equipements-obligatoires-a-velo

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F34169

http://www.securite-routiere.gouv.fr/conseils-pour-une-route-plus-sure/conseils-pratiques/circuler-a-velo/circuler-a-velo-roulez-en-toute-securite

https://www.lecyclo.com/velo/selection/se-signaler-a-velo/le-minimum-legal.html

 

Personnellement j’ai bien la sonnette (2€ chez Alvy pour les guidons de 38mm), les catadioptres et phares sur mon vélo de course. Il n’y a PAS D’EXCUSE : la plupart des accessoires sont à environ 5 euros chez Décathlon, notre sponsor, place de la Boule à 2 minutes du club, ouvert jusque 20 heures.

Et très souvent je porte mon gilet, même de jour et en ville. Je n’utilise que des casques jaunes. Je ne cautionne pas du tout les tenues ‘tendances’ à dominante noire (sauf si vous tenez à vite finir au cimetière, vous serez prêt). CHEZ NOUS et à la FFCT le port du Casque est obligatoire. De plus, même si nous n’avons que des adhérents adultes, il est désormais obligatoire en France pour les moins de 12 ans à vélo en tout temps.

J’ai aussi sur mon vélo de ville et notre tandem des pneus à flans réfléchissants. Et j’ai collé sur mon cadre des autocollants jaunes sur diverses parties. PLUS ON EST VU MIEUX C’EST.

  • LES PRATIQUES A BANNIR :
  • – rouler à 3 de front
  • – persister à rouler en peloton (surtout lent) quand ça créé un bouchon de voitures . Derrière il peut y avoir d’autres cyclos qui vont respirer leurs gaz et ça génère des énervements. Un groupe de vélo, ne vous en déplaise, doit se remettre en ligne sur une fil si on ne peut pas le doubler. Principe de base du code de la route : fluidifier le trafic.
  • – rouler sur la voie de gauche, surtout seul. Erreur très commune de nombreux cyclos surtout en côte ou tôt le matin qui se croient seuls et les premiers devant. Non seulement ils peuvent se faire faucher par un véhicule en face mais ils forcent les vélos derrière à doubler encore plus à gauche ou ralentir. Sur la route on SERRE A DROITE. Chacun a droit à 1,5 mètre de chaussée en campagne ou 1 mètre en ville. Donc être à 1 mètre du trottoir ou des voitures garées c’est bien. En passant ça évite les saletés qui provoquent souvent des crevaisons.
  • – griller les feux. C’est interdit et dangereux. On s’arrête et s’il y a un petit panneau jaune triangle pour vélos (cédez le passage) et que la voie est libre, même de piétons, alors seulement on peut passer.
  • – en groupe freîner ou changer de file sans regarder ni prévenir. Soit on utilise un rétroviseur soit on regarde derrière avant de bouger, comme en voiture. Les anglais appellent ce geste « rubber-necking« , qui se traduit littéralement par gommer le cou (du fait des frottements de la peau). Et quand on prend la roue on prévient…
  • – doubler par la droite (sauf outre-Manche, Australie, Japon… bien sûr). En France on DOUBLE PAR LA GAUCHE.
  • – frôler les voitures ou pire faire des zigzags entre. Doubler un camion ou un bus par la droite alors qu’il peut y tourner est la cause la plus fréquente d’accidents mortels chez les cyclistes !
  • – raser les trottoirs ou les voitures. En plus de graviers et bris de verre, une portière qui s’ouvre subitement, ça peut vous mener à l’hopital. Et si une voiture double trop près, vous risquez de buter sur le caniveau et faire un soleil dans le ravin. Ne pas hésiter à se déporter au milieu quite à bloquer les voitures en cas de manque de largeur.
  • – rouler sur les trottoirs. Sauf à pied ou pour les enfants c’est non, c’est mal. Vous-même ne tolérez pas cette pratique de certains coursiers. Cela déteint sur tous les cyclistes.
  • – foncer dans les zones à contre-sens cyclable. Même si vous pensez avoir priorité à droite, dans l’esprit de ceux qui conduisent vous n’existez même pas. Donc ralentir en l’absence de visibilité. Et avancer après échange de regards. Courtoisie d’abord.
  • – ne pas aller sur une piste cyclable obligatoire (panneau rond). Même si nous savons que majoritairement, hélàs, les pistes sont rarement en bon état, souvent discontinues ou simplement impraticables (stationnements, sapins de chez Botanic à Suresnes…), il faut y aller quand un panneau bleu et rond les précède. Les panneaux carrés sont de simples recommandations. Ne les confondez pas.
  • PISTE OBLIGATOIRE :

    PISTE RECOMMANDEE :
  • – emprunter des voies dangereuses (autoroutes, routes pour automobiles, tunnels…).
    Même s’il n’y pas forcément un petit vélo barré de dessiné, nombre d’accès sont interdits car potentiellement mortels ! Exemple ceci veut dire « interdit à tout véhicule ». (réfléchissez : pourquoi les voitures, motos et cyclomoteurs n’iraient pas, mais les vélos passeraient ?)

Source : https://www.pistes-cyclables.com/2012/09/rappel-sur-les-panneaux-velo/

En conclusion : on est jamais trop prudent. Même un cador peut avoir une fraction de seconde d’inattention fatale. Plus on pratique mieux c’est. Surtout n’oubliez pas que votre club Nanterre Cyclotourisme, par son rattachement à la FFCT peut vous former à la sécurité (les bons gestes en cas d’accident etc). Voir ici : https://ffct.org/activites-federales/adherents/la-formation/
Et si vous pédalez encore seul(e)s, rejoignez-nous, inscrivez-vous ! 

F.G.